Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 20:43

PARTIE 1

Le Mait Sec ouvre la suite des degrés de Perfection au REAA en posant un ensemble de préalables nécessaires à leur compréhension. Ce qui peut expliquer son apparition au XVlllème siècle postérieure aux autres degrés. Il prépare les Maîtres à saisir le sens du mythe d'Hiram et de l'univers qu'il sous-entend par une série de pistes de réflexions et d'idées, qui sont autant de chemins d'accès à la Con-naissance et de clés d'éveil de la Con-science.

Le Mait Sec travaille « dans le Temple du Roi Salomon, devant le Saint des Saints » et perçoit à l'Orient, tracés « un grand cercle (dont le trait est de grande épaisseur) dans lequel est placé le Triangle sacré, pointe en haut, portant en son centre l'Etoile flamboyante ». Les pointes de l'étoile ne touche pas le cercle du Mait et de fait rayonne en son sein de sa propre lumière. Le G n'est pas en son centre comme au grade de Compagnon ... comme pour en susciter l'idée, pour transmettre sous une forme non révélée des questionnements et re-susciter en mémoire la trace d'une Parole perdue, jusqu'à faire pressentir l'essentiel (pré-sentir l'essence-ciel) qui les sous-tend ?

 

Aux trois premiers degrés la Bible est ouverte au Prologue de l'Evangile de Jean «alors qu’elle est ouverte en degrés de Perfection au Premier Livre des Rois où est relatée la construction du Temple de Salomon. Notre vision linéaire du travail intérieur comprend une perception transversale d'un chantier symbolisé par la construction du Temple et la poursuite de l'œuvre d'Hiram. Mais en nous substituant au Mait :. , ne sommes-nous pas prédestinés à rencontrer les mêmes obstacles ? Les degrés du Rite de Perfection mettent les points sur les« i » de la réalité des épreuves à surmonter. Ce « i » de l'alphabet latin s'apparente à l'homme debout les pieds à l'équerre et la tête dans les étoiles, comme issue de l'Hebreu la lettre« vav » de valeur numérique 6 et dont l'image représente un clou surmontée par le« yod », de valeur numérique 10 cad 1 ce qui n'est pas sans rappeler la batterie par 6 et 1 du grade de MS.

 

A l'expression du temps de travail « De midi à minuit» comportant un commencement et une fin bien définis, le MS commence lui son travail lorsque « l'éclat du jour a chassé les ténèbres et la grande Lumière commence à paraître », et le clôture« à la fin du jour ». La lumière à travers sa nature et sa propagation symbolise le travail continu et intérieur du F Maçon en recherche.

 

Le MS n'est plus dans le binaire conflictuel des premiers degrés, mais dans les fondations d'un espace en lui-même. Il doit en sortir pour être plus en paix, pour être« en mesure » d'entendre parler son cœur, dans le Secret et le silence, car les nobles pensées viennent du cœur. « Vous ne prendrez pas les mots pour des idées et vous vous efforcerez toujours de découvrir l'idée sous le symbole ». Il doit par ailleurs les intégrer et les animer toute sa vie pour en faire des symboles vivants comme la Clé d'ivoire. Le silence du MS par le signe du Grade s'impose de lui-même, devient l'espace médiateur d'une voix intérieure que seul son cœur sait entendre et reconnaître. Après les degrés symboliques, les degrés de perfection étagent les questions sur plusieurs niveaux entre lesquels va et vient le MS, en mettant en perspective ses attentes.

 

Le MS se remet en cause et se renouvelle en parlant de fatalité, de nécessité, de destinée, de malheur, en alliant la détermination et l'avertissement« Le Devoir est la grande Loi de la Franc-Maçonnerie, inflexible comme la Fatalité, exigeant comme la Nécessité, impératif comme la Destinée » « Malheur à ceux qui aspirent à ce dont ils sont indignes » « Malheur à ceux qui veulent assumer une charge qu'ils ne peuvent pas porter » « Malheur à ceux qui acceptent légèrement des devoirs et qui, ensuite, les négligent ». le MS reste dans l'appréhension du monde « Quelque admiration que vous inspire le spectacle de l'Univers, du macrocosme au microcosme, souvenez-vous que vous ne l'admirez qu'en proportion de votre faiblesse, en présence de son immensité ».

 

Le MS est en deuil et souffre de la perte irréparable de Maître Hiram et c'est dans cet espace noir du deuil qu'il re-construit et se re-structure en devenant plus responsable. Chaque mot, chaque idée manifeste un engagement, et peut devenir signe, unité de mesure, unité de tout ... Unité du Tout. Il s'interroge sur les idées qui émanent de lui comme celles qu'il reçoit pour savoir s'il doit ou non les prendre en compte « vous n'accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie »   ... Ce qui l'amène à devenir Passeur et Gardien de l'idée de Vérité.

 

Il ravive par là-même le besoin inné de Connaissance qui habite le MS et le « re-lance » dans sa quête de la Parole Perdue. il doit s'accomplir et dispose pour cela d'une clé symbolisé par le Z de Ziza qui lui ouvre dans le Temple du Roi Salomon … le Saint du Saint des Saints. Il ravive en lui-même ce« secret qui aspire à être dévoilé » « le moyen d'exprimer sous une forme qui peut être retrouvée une vérité qui nous dépasse » et qui constitue la quête du Sublime architecte de tous les Mondes.

 

L'âge symbolique du Maître Sec est de sept ans et plus, La batterie est aussi de sept coups par six plus un. Le MS s'incorpore à lui-même et devient le témoin de sa propre re-création, qui résonne encore de son acclamation « à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers» il répond à la question « Etes-vous MS ? Je m'en glorifie ».

 

En Atelier de Perfection le Maçon ne rassemble pas seulement ce qui est épars mais apprend à travailler et à se réaliser à plusieurs niveaux à la fois, en élevant de ce fait des colonnes gravées qui résonnent entre elles.

 

Repost 0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 21:58
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 21:11
J et B
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 06:24


Ou mieux comprendre une partie symbolique très importante du Rituel de Memphis-Misraïm sur les 3 piliers et la couleur verte ……..


Le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm en particulier dans ses trois premiers degrés n’a rien à voir dans ses objectifs et sa conception avec la culture judéo-chrétienne, malgré les affirmations de certains.


Notre Rite est de nature purement hermétique et gnostique. Les trois piliers qui entourent le Naos sont sans lien avec l’arbre séphirotique hébraïque, et ces trois piliers puisent leur signification et leur utilité dans le « Livre des morts égyptiens » qui n’à que très peu de lien avec la Kabbale.


Ces piliers doivent donc être disposés par ordre Sagesse, Force et Beauté, car pour tout hermétiste ou gnostique, opposé en cela au dieu anthropomorphe de l’Ancien Testament, c’est bien l’Amour (c’est-à-dire la Beauté) qui parachève l’oeuvre accomplie et c’est bien par la Connaissance, c’est à dire le Savoir conjugué à l’Amour que l’initié chrétien véritable des évangiles réintégrera la Source et rejoindra le Dieu Authentique qui n’est autre que le Père.

Les 3 piliers Sagesse, Force et Beauté qui entourent le Naos doivent être pourvues dès l’ouverture des travaux au premier degré de trois bougies blanches (disposées en triangle) qui symbolisent, les apprentis, les compagnons et les maîtres présents dans la loge, il n’y a aucune raison que seule la présence des apprentis soit symbolisée sur ces 3 piliers, même si une seule bougie est allumée au premier degré, dès qu’une bougie est éclairée, elle participe à l’activation des énergies utiles au travaux de la Loge.


De même sur le chandelier à sept branches qui est disposé sur le plateau du Vénérable Maître (qui ne doit pas être une menora) doit être équipé de 7 bougies, même si trois seulement sont animées au premier degré afin de manifester le sacré des travaux qui vont être effectués.


Pourquoi une bougie verte sur le Naos et sur chandelier du Vénérable Maître ? …

La bougie du Naos et la bougie centrale du chandelier à 7 branches du Vénérable
Maître, doivent impérativement être de couleur VERTE, car elles symbolisent la Voie cardiaque dans la Loge, le centre vital du coeur et la couleur habituelle des Traditions.

Pour chaque Tenue, elle permet de réactiver chaque membre de la Loge, comme sont réactivés les travaux lors de chaque ouverture des travaux par, notamment, l’allumage des deux bougies vertes.


Couleur de l’Espérance, le vert pour certains est une couleur « porte-malheur » en particulier dans notre Provence suite à une légende…mais respectons les croyances et examinons surtout les éléments que nous vivons au quotidien…


La couleur verte est l’expression du vivant dans le minéral, l’exemple le plus frappant est lorsque l’on regarde le phénomène d’oxydation qui a lieu à la surface d’un objet en cuivre, on voit la transformation de la couleur orange…marron puis à celle de couleur verte…


Mais cette couleur nous fait surtout penser à la nature, les arbres, les végétaux, et aussi à l’eau, symbole de la vie, n’oublions pas que les Égyptiens attendaient la crue du Nil, pour irriguer leur terre et ainsi pouvoir nourrir leur famille, les Égyptiens avaient attribué cette couleur à Phtah, le créateur et le stabilisateur, l’eau était l’élément primordial de la création, elle désignait la fondation du temps, la création du monde et symbolisait la naissance matérielle et spirituelle, c'est-à-dire les mystères de l’initiation…

Et comme le précise notre Rituel du Premier degré dans la dernière phrase avant la suspension des travaux … « Et comme les eaux du Nil fécondent la terre de Memphis, dans la saison Shâ et au mois de Thôt, ainsi les Eaux d’en haut fécondent le Temple intérieur de l’homme en la même mystérieuse saison »…


La couleur verte est aussi la couleur de Vénus, symbole de renouveau…sur le plan psychologique et dans les rêves, le vert, couleur de la vigueur sexuelle, reflète le besoin d’épanouissement, d’estime, de valorisation, de culture et de connaissance…si la couleur verte est aussi celle des corps en décomposition, elle est en même temps, et par là même, symbole de régénération, car la « Vie » naît de la « Mort »…


Les raisons connexes à l’adoption de la couleur verte pour ces deux « centres vitaux »de la personnalité collective de la Loge assemblée sont multiples et tout aussi importantes que la précédente, et en particulier pour la renaissance de l’Egrégore des Chevaliers au cours de chacune de nos Tenues…


La couleur verte est aussi celle de l’Émeraude et d’une certaine Table, mais cela est une autre histoire …

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 06:17

Agapes est relatif au Repas fraternel collectif qui suit les tenues, moment obligatoire pour les Mac :. quelque soient leurs grades car elles font partie intégrantes du cérémonial.

 

En fin de tenue au RER, le Vénérable s’exprime ainsi « Je vous invite tous à un banquet frugal et fraternel, venez y gouter dans une société de frères, les charmes de l’égalité ».

 

Les Agapes sont d’une importance considérable. Méconnues, voire mésestimées par certains, contribuant pourtant fondamentalement à la cohésion de tous les frères. Car c’est surtout pendant ces Agapes que se nouent et se développent les liens forts, qui unissent les frères.

Après le formalisme des tenues, le temps des agapes permet de retrouver un intimisme propice aux échanges entre les frères et sœurs, qui se découvrent mieux les uns les autres et le repas, ce qui le compose, n’a pas d’importance, eu égard au plaisir qu’il procure lorsque chacun se sent bien avec ceux qu’il aime.

 

Les agapes permettent aussi à l’Apprenti de se « libérer » de l’astreinte au silence qu’il observe très longuement sur sa colonne du Nord ; il trouve ainsi la possibilité de se libérer de la tension accumulée durant la tenue. L’apprenti a également l’opportunité, de questionner ses ainés sur ce qui lui pose un problème, et ainsi obtenir des éléments de réponse.

 

Et le F Surveillant quant à lui, pourra mettre aussi à profit ce moment-là, pour délivrer ces consignes, ou des compléments d’instruction …. expliquer ou analyser les commentaires et observations des frères dont il a la charge, et répondre utilement aux questions doctrinales ou initiatiques qui peuvent être formulées.

 

J’ajoute que dans certaines loges, nul ne se soucie pendant l’Agape, des jeunes frères ou sœurs encombrés de tâches matérielles, comme le service de la table notamment …. Et ainsi ignorés les Apprentis ne peuvent s’intégrer, car isolés des autres frères ;

 

Aux origines, et dans la Bible...  Agape, 1574 est emprunté au latin ecclésiastique Agape, du Grec Agapê « amour », qui en ce sens même, est également de la langue ecclésiastique, qui a pris, surtout au pluriel, le sens de « repas fraternel ».

 

 « Agapê » provient du verbe Grec Agapan, dans la langue classique signifiant « chérir », mais non aimer au sens érotique, ce substantif appartient en propre à la littérature chrétienne. L’agapê est donc cet amour qui tend à l’offrande de soi au service de celui que l’on aime, non à la captation ou à la jouissance.

 

L’Agapê préside aux relations du chrétien avec Dieu (Jean 4,10), et des chrétiens avec eux, selon le commandement du Christ « À ceci, tous vous reconnaitront pour mes disciples : à cet amour que vous aurez les uns pour les autres (Jean 13,35) ».

 

Il est à noter que les repas pris en commun, distincts de la célébration de l’eucharistie, comptent parmi les manifestations de l’amour fraternel : ils sont devenus les « Agapes ».

 

Ainsi Les agapes représentent un temps essentiel des tenues des loges bleues, auxquelles elles sont indissociablement attachées.

 

L’agapê est l’expression de l’amour fraternel « Dieu est agapê » disait Jean, ce chemin vers la transformation de Soi, ce voyage sur le sentier menant à la Lumière, et le but auquel doit tendre le franc-maçon, « Agapê » préside à l’ouverture du coeur.

Repost 0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 07:29
Alchimie et FM

Pour ceux dont les oreilles entendent. Des yeux pour voir.....

Repost 0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 06:09

Le profane qui demande a être initié aux mystères de la Franc-Maçonnerie peut il imaginer ce qui l’attend et les épreuves que celui-ci devra surmonter afin de recevoir la lumière ? Non, mais son instinct lui laisse entrevoir un « changement », une « transmutation » qui se prépare au plus profond de lui. Le chemin qu’il vient de prendre c’est celui de l’Initiation, du latin Initiare qui veut dire commencer, car c’est bien une quête initiatique que celui-ci vient d’entreprendre.

 

Pourquoi cherche t-il à être Initié ? Peut être que son inconscient, fil conducteur de la plupart de ses actions, au travers d’un imperceptible murmure, que seul celui qui écoute avec son cœur peut espérer entendre, lui a révélé le but ultime de l’ « Homme » : la PURIFICATION. En effet, l’Initiation c’est la purification, purification de l’ « Homme Cosmique » qui après le drame de la Chute édénique, entraînant sa propre destruction, cherche à se régénérer afin de réintégrer le paradis perdu.

 

La première épreuve que le profane vivra pour entrer en Franc-Maçonnerie sera celle du cabinet de réflexion, nom étrange qui cache une pratique bien plus ancienne que la Maçonnerie elle-même. Le cabinet de réflexion est à mon sens, une des épreuves la plus importante sur le chemin de l’Initiation, car c’est en son sein qu’il faudra « procéder à une sorte de décrassement intellectuel et moral ayant pour but de débarrasser l’esprit de tout ce qui empêche la lumière de parvenir jusqu’à lui » . Le cabinet de réflexion utilise le langage universel de la symbolique, afin de faire vivre au profane sa première épreuve, qui est celle de la terre.

 

 Il est écrit quelque part dans la bible « tu es sorti nu du ventre de ta mère et tu retourneras nu dans le ventre de la terre. Tu n’emporteras rien en mourant, tu n’emporteras pas tes richesses avec toi », et en effet, avant que le profane ne rentre dans le cabinet de réflexion, on lui demande de ce défaire de son argent et de déposer tous ses objets métalliques.

 

A l’intérieur du cabinet de réflexion, le profane découvrira plusieurs symboles évoquant la mort, puis le postulant est invité à rédiger son « testament philosophique » car à cette instant précis il va mourir à sa vie profane, mais avant de renaître et de vivre pleinement sa seconde naissance, il se doit de faire un bilan et de répondre par écrit à trois questions :

Quels sont les devoirs de l’homme envers lui-même ?

Quels sont les devoirs de l’homme envers Dieu ?

Quels sont les devoirs de l’homme envers l’humanité ?

Dans cette étroit cabinet de réflexion, aux murs peints en noir, dont la seule source lumineuse se trouve être une simple bougie dont la flamme vacille lentement, le profane, une fois que le bandeau lui est retiré, se trouve rapidement confronté aux nombreux symboles et inscriptions qui l’entourent. Puis peu à peu, il découvre un autre symbole, dont aucun support matériel ne peut exprimer la présence et qui pourtant est le plus important des symboles : le SILENCE.

Il est dit que « quand se taisent les bruyantes passions du monde, le cherchant peut enfin écouter », ainsi le profane est invité à faire le silence, afin qu’il puisse écouter au plus profond de lui-même les paroles de sagesse que lui inspire son cœur. Le cabinet de réflexion est comme une caverne alchimique où se déroule un rite de purification, une matrice dans laquelle notre être renaîtra purifié, c’est un lieu où, si nous y passions plusieurs jours, nous pourrions y atteindre l’illumination intérieure. Lorsque le profane aura fait le silence sur les passions du monde qui l’entoure, et que par un savant contrôle de sa respiration il aura atteint une tranquille méditation, alors il commencera à devenir sensible aux messages qui l’entourent. Face à lui, une inscription énigmatique l’invite à un voyage au plus profond de lui-même, et sans même le savoir il s’y prêtera, guidé dans sa démarche par le rythme du silence.

 

V.I.T.R.I.O.L, énigme indéchiffrable, dont le profane ne comprendra intellectuellement le sens que bien plus tard, mais à cet instant précis, lorsqu’il se trouve dans l’œuf primordial, caverne alchimique aux pouvoirs de transmutations infinie, son inconscient n’aura aucune peine a comprendre cette inscription dont la valeur alchimique ne fait plus aucun doute. Les sept initiales, V.I.T.R.I.O.L, sont la révélation de l’opération du Grand Œuvre, aide -mémoire indispensable au profane, comme à l’Initié, car il révèle le processus alchimique de la transmutation de l’être comme des métaux. V.I.T.R.I.O.L, septénaire mystérieux dont le sens dévoilé révèle une parfaite connaissance des processus qui mène à l’éveil, « Visita Interiora Terrae, Rectificando Invenies Occultum Lapidem » : « Visite l’intérieur de la terre, et en rectifiant tu trouveras la pierre cachée ».

Cette pierre que le profane doit trouver n’est autre que la pierre philosophale des alchimistes, et celle-ci se trouve au plus profond de chacun d’entre nous, elle ne se dévoile qu’à ceux qui par un travail intérieur sincère, sont arrivés au parfait équilibre pour ne faire qu’un : « Omnia ab uno, omnia ad unum », « Tout procède de l’Unité, tout tend vers l’Unité ».

 

Le ternaire alchimique est également présent, car indispensable au processus alchimique de formation de la pierre philosophale. Le Sel, le Souffre, et le Mercure exprime ensemble le véritable équilibre, auquel le profane doit tendre afin de se régénérer. Le Souffre représente l’énergie expansive, principe actif masculin et le Mercure représente l’énergie attractive, principe passif féminin, tandis que le Sel qui résulte de l’action du Soufre sur le Mercure, est neutre, résulta des deux principes, il est donc l’agent équilibrant, comme l’exprime avec perfection son symbole, un cercle divisé en deux par une diagonale qui le traverse, image parfaite de l’équilibre.

Le sablier qui se trouve posé devant le profane, est un attribut de Saturne, il symbolise le temps, il représente sur le plan matériel, donc terrestre, le temps qui s’écoule et qu’on ne peut inexorablement pas arrêter, chaque grains de sable qui tombe nous rapprochant irréversiblement du jour de notre mort.

Le sablier représente encore autre chose, qui pour le profane n’est peut être pas tout de suite perceptible, ce qui n’enlève rien à sa force évocatoire, car le sablier qui a tout pouvoir sur le plan terrestre (matériel), n’en a aucun sur le plan astral ou cosmique. Ce qui signifie, qu’une fois l’homme libéré des chaînes matérielles du temps terrestre, il pourra enfin réintégrer le temps initial, c’est-à-dire celui du commencement, de la création, l’instant primordial d’avant la chute, là ou le péché et les servitudes n’existaient pas.

Pour que ce rite de vie et de mort puisse être efficace et aboutir à la purification du profane, il lui faut encore un puissant symbole, un « témoin » psychique permettant de relier les vivants aux morts, un lien puissant exprimant la chaîne ininterrompue entre les Maîtres passés à l’Orient Eternel et le profane qui aspire à reprendre le flambeau en devenant Franc-Maçon à son tour.

 

Ce « témoin » psychique est un véritable crâne humain posé près du profane, et qui semble lui dire : « J’étais ce que tu es, tu seras ce que je suis ! », des mots lourds de significations. Ce crâne, réceptacle des forces supérieures, transmettra alors un dernier message au profane, comme le faisaient autre fois les têtes de morts parlantes qui enseignaient aux vivants.

Elle lui dira : Ce que tu vas voir, je l’ai déjà vu ; ce que tu vas vivre, je l’ai déjà vécu ; ce que tu vas entendre, je l’ai déjà entendu, … je suis « la réalité telle qu’elle apparaît dépouillée de son décor sensible ; la vérité brutale, privée du voile des illusions », (O. Wirth) alors courage et bonne route !

Mais dans cette demeure alchimique, le crâne possède encore un autre secret, qui n’apparaît qu’au moment délicat de la sublimation alchimique, c’est celui du Caput mortem, lorsqu’il faut couper la tête, Caput mortem, afin de voir apparaître le blanc via le cygne, thème alchimique de la putréfaction.

Mourir pour renaître à nouveau, c’est une loi universelle : « En vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jean 12 : 24).

 

Puis le profane, qui peu à peu sortira de sa profonde méditation, lèvera les yeux vers le Coq, symbole solaire qui lui annoncera la fin de sa nuit éternelle, et le  renouveau

 

Enigme  mes BA FF :.   Qui suis-je ? mon premier engendre le second et mon second engendre le premier …..     Je suis-je suis ………la lune et le soleil.

 

la vie est le commencement de la fin.

Voyez noir (à la naissance),

Voyez blanc (comme la vie)

et Voyez rouge, (pour une nouvelle réincarnation)».

 

 

VM mes BA FF "Régénéré" et sortant de son creuset, ce nouvel Homme changera, dès lors, sa manière d'aborder la vie. ,

Il a fini par materialiser devant lui sa propre transformation et la Joie est dans son Cœur …

Il devient veilleur et transmetteur, bienveillant pour ses FF et tous les autres

 

J ai dit 

 

Repost 0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 12:10
Serge Caillet  : la Tradition Martinésiste et le R.E.R.
Serge Caillet dans le cadre des Rencontres des Éditions de la Tarente sera présent le 15 octobre au Morrison à Gémenos pour nous entretenir de La Tradition Martinésiste et le R.E.R.

Présentation de l'intervention de Serge

Le R.E.R. est l’un des rares régimes maçonniques contemporains dont les rites et les instructions véhiculent une doctrine, c’est-à-dire des propositions (rien de plus, mais rien de moins) relatives à une tradition séculaire. Portée au XVIIIe siècle par l’Ordre des chevaliers maçons élus coëns de Martinès de Pasqually, cette doctrine, confiée au R.E.R. par Jean-Baptiste Willermoz, transmet une théogonie (Dieu et l’immensité divine), une angélogonie (les esprits bons et les esprits rebelles), une cosmogonie (la création du monde) et une androgonie (l’émanation de l’homme, sa chute, sa réhabilitation).

Serge Caillet donnera quelques exemples significatifs de cette tradition martinésiste dans le R.E.R.

Biographie

Après avoir été marqué dans son adolescence par l’œuvre de Jacques Bergier. Serge Caillet a été l’élève et le collaborateur de Robert Amadou.

Auteur de nombreux ouvrages, depuis 1983, il a consacré l’essentiel de ses travaux aux rites occultistes ou illuministes de la franc-maçonnerie, notamment à la franc-maçonnerie égyptienne dont il a retracé l’histoire et publié des rituels, et plus récemment, à la franc-maçonnerie swedenborgienne. Il a étudié l’histoire, la doctrine et les rites de l’Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l’Univers et du martinisme, de la Belle Époque jusqu’aujourd’hui. On lui doit aussi une étude des mouvements néo-templiers (notamment l’Ordre rénové du Temple) et des courants rosicruciens présents au sein de la Fédération universelle des ordres et sociétés initiatiques (FUDOSI).

Il a également mis en lumière quelques grandes figures de l’ésotérisme comme Martinès de Pasqually (1710 ?–1774), Antoine-Joseph Pernety (1716-1796), Fernand Rozier (1839-1922), et Nizier Philippe (1849-1905).

Depuis 2007, il tient sur Internet le bloc-notes d’un historien de l’occultisme, essentiellement consacré à l’actualité de l’histoire de l’occultisme.

copyright : Editions de la Tarente

Repost 0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 05:34

Les Grenades, et non pas la Grenade, symboles de l’éclosion à une nouvelle vie …

 

 Alors que je tente comme à chaque fois que je le peux vous apporter différents éclairages sur le symbolisme de notre monde maçonnique, le symbole dont je vais vous parler ce soir justifie que je vous précise , que l’essentiel de notre richesse maçonnique provient de la mythologie et des légendes .

Elles en sont en l’occurrence le grand véhicule de la connaissance au travers de l’Histoire.

 Cette connaissance nous a été transmise sous une forme symbolique, voir codée .

Sur la base de la mythologie judéo-chrétienne dont les sources sont l’Ancien et le Nouveau Testament, la Maçonnerie s’adresse au Franc-Maçon en 3 langues : l’hébreu, le grec et le latin .

Et lorsque j’aurais ajouté que la Franc-Maçonnerie est une initiation de bâtisseurs, et que le symbolisme de la construction et de la pierre , a été particulièrement important dans les mythologies hébraïques et chrétiennes ,

vous aurez compris la richesse inépuisable, que peuvent cacher certains symboles apparemment mineurs.

 Ceci posé, j’ai donc choisi ce soir de vous parler des grenades.

Il n’est pas fait mention des grenades dans le rituel, seul le tableau de Loge laisse deviner les grenades.

C’est le seul symbole qui évoque le règne végétal sur le tableau de Loge, et les correspondances entre la forme du fruit, l’aspect extérieur et la couleur de ses graines, sa place dans l’Antiquité n’est pas un hasard comme nous le verrons tout à l’heure !

C’est aussi le seul symbole qui soit comestible !

 

Sur le tableau de Loge les colonnes B.’. et J.’. sont représentées coiffées par 3 grenades entr’ouvertes.

Il est fait allusion ici à la construction du Temple de Salomon dont on trouve la description dans la Bible au livre des Rois :

1 Rois 7:20 Les chapiteaux placés sur les deux colonnes (étaient entourés de deux cents grenades) en haut, près du renflement qui était au-delà du treillis; il y avait aussi deux cents grenades rangées autour du second chapiteau.

2 Rois 25:17 La hauteur de l’une des colonnes était de dix-huit coudées, et il y avait au-dessus un chapiteau de bronze dont la hauteur était de trois coudées; autour du chapiteau il y avait un treillis et des grenades, le tout de bronze; il en était de même pour la seconde colonne avec le treillis.

2 Chroniques 3:16 Il fit des chaînettes (comme celles qui étaient) dans le sanctuaire, et les plaça sur le sommet des colonnes, et il fit cent grenades qu’il mit dans les chaînettes.

En comparant avec le tableau de Loge, on semble constate qu’il n’y a plus que 3 grenades par colonne mais certainement pas 200 !

En fait la Grenade est sans doute la pomme d’Adam et Ève et on retrouve cette "pomme à grains" dans de nombreux passages de la Bible. Il faut presque toujours sous-entendre la grenade lorsqu’il est fait mention d’une pomme dans les mythes et dans les usages populaires qui se rapportent au mariage.

La Bible nous dit que les grenades devaient figurer sur les vêtements du Grand Prêtre (Ex. 28,33) :"Sur ses bords, tu feras des grenades de pourpre violette, de pourpre rouge et de cramoisi éclatant, et parmi elles, des clochettes d’or : une clochette d’or, puis une grenade, une clochette d’or puis une grenade, tout autour."

 

Constatons que sur cette décoration, certains éléments sont visibles, d’autres audibles ! Les grenades, de couleur pourpre violette, de pourpre rouge et de cramoisi éclatant, attirent l’attention mais… elles ne laissent voir que leur enveloppe extérieure, et non ce qui est important : les grains cachés et serrés sous l’écorce du fruit.

L’intérieur de la grenade est voilé, comme l’est la tempe sous le voile (Cant. des Cant. 4,3). Aussi la grenade représente-t-elle la Torah écrite qui voile la Torah orale et la protège sous le corps de ses lettres. C’est pourquoi à la synagogue, lorsque le rouleau de la Torah est recouvert de son manteau, on coiffe les deux montants qui supportent le parchemin (on les appelle arbres de vie) avec des grenades en argent artistement travaillées sous lesquelles s’agitent quatre clochettes.

Ces clochettes, que l’on entend, que l’on écoute (Shéma Israël, écoute Israël), représentent la Torah orale, celle qui dévoile le texte écrit, niveau par niveau, qui en extrait la substantifique moelle, qui permet d’arriver à son plein entendement, à son entière compréhension.

Irène Mainguy nous dit : "Le premier symbole végétal proposé à l'apprenti est le fruit du grenadier. La grenade se présente sous une forme unitaire, arrondie, qui renferme dans son écorce une multitude de grains contenant une pulpe d'un rouge vif et transparent. Chaque grain de grenade est séparé par une membrane résistante et transparente qui forme des cloisonnements entre chacun. La grenade en tant que symbole peut être assimilée à la Franc-Maçonnerie. Les alvéoles peuvent être comparées aux loges maçonniques, avec leur caractère spécifique propre. Les graines sont solidaires les unes des autres, comme soudées les unes aux autres. Bien qu'il existe une multitude de loges de sensibilités différentes, elles ne forment qu'un tout, un ordre universel. Ce n'est pas sans difficulté que l'on désolidarise un grain de grenade, de même que ce n'est pas sans peine qu'un membre d'une loge disparaît."

C’est peut-être aussi le symbole de la solidarité universelle des Francs-Maçons serrés au coeur de leurs LL.’. les uns contre les autres.

 

O. WIRTH écrit à propos des grenades:  "...ces fruits aux grains symétriquement rangés rappellent la famille Mac.’. dont tous les membres sont harmonieusement reliés par l’esprit d’ordre et de Fraternité "

 

Oui mes BAF :. la Grenade c’est la Loge …En effet, observez les grains serrés les uns contre les autres, chaque grain a plusieurs facettes, chaque facette en contact avec les grains voisins, tous les grains se ressemblent mais ils ne sont pas identiques ! Des membranes les compartimentent comme sur nos col.’.col.’.! Ainsi le parallèle avec les FF.’. est aisé.

On peut discerner aussi dans l'infinité des grains l’image d'un ensemble "d'êtres tous semblables en apparence, venus frapper un jour à la porte du temple, et tous différents dans la recherche et l'expression de la Vérité."

Etonnamment  l’univers de notre Loge ne comporte au nombre de ses symboles, qu’un seul composé animé par la vie, surplombant en l’occurrence les 2 colonnes Boaz et Jakin .

Il peut selon les rites, s’agir d’un lotus en bouton sur le point de s’épanouir, ou d’une grosse grenade mûre sur le point d’éclater. Mais dans les 2 cas ils évoquent le renouveau perpétuel de la vie sur le point d’éclore.

En effet, le lotus s’épanouit à la surface des eaux marécageuses …sans être souillé par elles, et exprime par là même, la pureté qui surnage sur les souillures . Il est issu de l’obscurité et fleurit en pleine lumière, donnant ainsi l’image d’un épanouissement spirituel .

De l’Egypte à la Chine, le lotus est en rapport avec la création du monde et avec le soleil. La fleur de lotus s’ouvre au lever du soleil pour se refermer à son coucher. Quel magnifique symbole pour nos travaux, dont l’exécution suit la course imperturbable du … soleil !

 

Combien y a t il de grenades dans notre rite ?

Les grenades qui ornaient le Temple de Salomon étaient au nombre de 200 sur chaque colonne, soit 400. Ainsi posée, la grenade possède plusieurs niveaux de lecture. Par ce nombre, les grenades nous rappellent que l’on compte avec les 22 lettres de l’alphabet hébreu jusqu’à 400, valeur de la dernière lettre « Tav «. Ainsi selon la Kabbale, la grenade contient donc tout l’alphabet avec lequel le monde fût construit.

Les grenades ont toujours été considérées comme symboles de beauté naturelle ou artistique, et ont à ce titre été souvent représentées comme élément décoratif.

Son calice dur, qui surmonte la pomme, comporte 6 sépales évoquant une couronne de flammes , symbolisant ainsi une couronne ceinte autour de la terre ou autour d’une tête couronnée … un royaume donc !

C’est certainement en raison de cette forme de sphère couronnée, qu’elle fût utilisée au Moyen Orient, comme ornement coiffant des sceptres royaux ou sacerdotaux … évoquant ainsi symboliquement … une nature céleste .

 

 Dans la Bible, les grenades ornent la tunique du grand prêtre, en alternance avec des clochettes. De la même manière les prêtres du Temple de Jérusalem, portaient sur leurs vêtements sacerdotaux, des clochettes d’or, alternant avec des pommes de grenades.

Cette association pourrait être liée, au rapprochement que l’on peut effectuer entre ces clochettes qui évoquent des cloches en flammes et les fleurs de grenade. et si l’on prolonge la réflexion , il est possible de dire , que la cloche symbolise le son et surtout sa résonnance , en référence à la vibration primordiale , celle du Verbe , dont elle garantit la propagation … la pomme de grenade renfermant la connaissance et en assurant sa protection … l’une et l’autre étant en l’occurrence indissociables .

 

 De par sa position élevée et sa fleur en forme de flamme plus haute que toutes les autres, la grenade évoque le feu transcendant, celle d’une présence divine dévorant le mal pour laisser place à tout ce qui est Amour. Par ses graines cachées dans une enveloppe dure, j’évoquais le symbolisme de la connaissance cachée …  Ne serait ce pas celle de la connaissance spirituelle, qui ne peut apparaître sans la sagesse et l’intelligence  réunies. Au REAA elles sont au nombre de 3 symbolisant les 3 formes de connaissance peuvent ainsi se rapporter à l’arbre des séphiroth, qui dans la Kabbale évoque la structure de l’Homme et de l’Univers.

 Alors, assimilé au fruit de la Connaissance, certains ont vu dans la grenade , le fruit défendu cueilli par Eve , et dans le grenadier l’Arbre de la connaissance .

 Après toutes ces évocations mes Frères, peut on encore douter du caractère maçonnique de la grenade ?

 Alors, je ne saurais conclure cette séquence symbolique, sans évoquer une dernière fois le symbolisme  puissant de cette grenade , posée sur les colonnes de notre Temple , passage obligé pour chaque Frère entrant, esquissant quelque soit son degré, les 1ers pas glissés d’une marche imposée par notre rite.

Tournant le dos au monde profane, souvent toxique à l’image des racines du grenadier, et faisant face à cet Orient de Lumière, chaque Frère franchit ainsi le seuil de cette « porte « symbolique, première étape vers une connaissance qui ne demande qu’à éclore, et à se révéler au Maçon sincère, qui acceptera avec humilité d’avancer en confiance sur le chemin de la Vérité ...  … ou plutôt, sur le chemin de sa Vérité !

 

Ce qu’il y a d’extraordinaire avec la grenade c’est son imprévisibilité, le décalage entre sa forme et son aspect extérieur, la forme de ses grains, comment ils se logent à l’intérieur, le goût amer de sa pulpe et sucré et acidulé de ses grains.

C’est aussi le symbole de la vie et de ses cycles, donc de la nature qui figure ainsi sur le tableau de Loge.

 

C’est aussi une représentation de la Loge tout comme l’oeuf.

 

Pour finir j’ai trouvé un texte de St Jean de la Croix (?) qui donne une très belle description symbolique des grenades:

"Les grenades représentent les plus hauts mystères de Dieu, ses plus profonds jugements et ses plus sublimes grandeurs. Les grains de la grenade sont le symbole des effets innombrables des perfections divines. Leur figure ronde exprime l'éternité de Dieu qui n'a, comme le cercle, ni commencement ni fin. Le jus de la grenade signifie la jouissance que l'âme a, par sa connaissance et par son amour, de la nature et des attributs de Dieu, et le contentement admirable qu'elle reçoit de cette possession."

 

Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 11:11
Les armes du Chevalier

Mes BA FF et SS j’aimerais commencer mon travail par une référence au rituel en son 17eme deg symb au REAA … le tableau de Loge du Chev d’Or et d’Occ est un heptagone inscrit dans un cercle, dont la partie supérieure forme un arc-en-ciel. Voie entre le Ciel et la Terre, pour ceux choisis par le Divin.

 Aux angles de l'heptagone, à l'extérieur, sont les initiales de 7 mots, septénaire d'attributs divins qui sont sur les chapiteaux des colonnes, qui entourent le Temple en forme d'heptagone.   B D S P H G F

 …. pour Beauté, Divinité, Sagesse, Puissance, Honneur, Gloire, Force, attribut du pouvoir temporel, allusion directe à Apocalypse 5.12 : "Il est digne l'Agneau qui a été égorgé, de recevoir la Puissance, la Richesse, la Sagesse, la Force, l'Honneur, la Gloire et la Louange"

 A l'intérieur, sont les initiales des 7 mots qui sont à la base des colonnes.

 A U S D F P T …. pour Amitié, Union et donc Force, Soumission ou Justice, Discrétion, Fidélité, Foi, Prudence,  Tempérance... septénaire des vertus terrestres

Prêt du centre de l'heptagone, est la représentation d'un homme, dans une longue robe blanche, avec une ceinture dorée autour de la taille, debout sur une partie du globe.

 Le Soleil et la Lune, sont aussi représentés, ainsi qu'un Calice et un Brûle parfums. …  Calice, destiné, à recevoir le sang de l'Agneau, Saint-Graal, chanté par la Chevalerie chrétienne et qui ornait l'épée du 4ème Grand-Maître de l'Ordre des Chevaliers Teutoniques Herman de Salva.

Vous l’aurez compris le 7 est le chiffre essentiel des armes du Chev :. que je vous vous proposé le tout sur une base du REAA agrémenté de notion de chevalerie via l’armure et tout l’attirail propre à celui-ci (au GOE on oblige le chevalier a créé son Blason)

Et cette citation de St Paul aux Ephésiens (6-10 … 17)

 "Endossez l'armure de Dieu, pour être à même d'affronter les ruses diaboliques, car ce n'est pas contre la chair et le sang que nous avons à lutter, mais contre les Dominations, les Principautés, les Souverains de ce monde des ténèbres, les esprits du mal répandu dans les airs.

 Endossez l’armure divine, afin de pouvoir résister dans les mauvais jours et tenir bon … en ayant fait tout votre devoir.  Oui, mes FF et SS, comme il est dit, «  tenez bon, les reins ceinturés de Vérité, le corps cuirassé de Justice, les pieds chaussés de zèle pour annoncer l'Evangile de la Paix. Tenez surtout le Bouclier de la Foi, où viendront s'éteindre tous les traits enflammés du Malin.

Prenez enfin le Casque du Salut et le Glaive de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu »

Et vous l’aurez compris je vais essayer d’approcher les Armes de Lumière du Chev :. R+C voire du chev :. Kaddoch ( le chev Saint) et d’abord quelques mots d'introduction pour situer le contexte pseudo historique et retracer la démarche du Chevalier de l'Ancien Temps

D’abord  "ARMUS",  Armes dérive probablement de la racine "ar" qui a donné : bras, articulation, et ART...habilité à agir. L'ARMIGER est un autre nom donné pour l'écuyer, celui qui porte les Armes. L'ARMOIRE enfin est la pièce où sont gardés les éléments de l'armure des Chevaliers.

Peut-être est-il bon également, de revenir sur le mot de Chevalier. Le Chevalier de la Chevalerie, dérive de "Miles", cad soldat, alors que celui de la FM vient du latin "Eques", celui qui monte à cheval, utilisé pour indiquer qu'il est celui qui maîtrise le cheval, l'animalité et sur cette monture parcours la Voie il est le Cabbalier...

Avec lui, la quête spirituelle devient dans son principe la Chevauchée Fantastique, ou comme le disent les Chinois, l'enfourchement du Dragon. Et les éperons qu'il porte démontrent cette domination sur l'animal. 

 

Le Chev :. doit apprendre, comprendre et appliquer le Code de Chevalerie. Il reçoit pour cela des armes pour lui rappeler de conquérir avec miséricorde, plutôt que par la force et ne connaît que 2 positions d’utilisation :

-    Verticale pour porter témoignage au Divin

-    Horizontale pour frapper l'adversaire d'un coup droit, destiné … entamer le combat, en faisant preuve de ses qualités physiques et spirituelles, mais plus que Cela et le tout en Harmonie, son bras n'étant que le prolongement de l'âme.

Et lorsqu'il enfile son vêtement, son armure, sa cotte de mailles, son haubert, il enfile un double physique de lui-même, dont l'extérieur, reflète son intérieur, ses armoiries apparaissant sur l'Ecu  pour rappeler sa stricte observance aux règles de la Chevalerie inscrites dans son Ame…. De là, les notions d'armes spirituelles et physiques à la fois. Doubles, les unes des autres. L'Extérieur n'étant que le reflet de l'Intérieur…

 Les Chevaliers sont les "Elus de la Lumière". A l'éclat intérieur, l'embrasement de l'âme, doit correspondre, l'éclat extérieur des : "ARMES DE LUMIERES"

Il sait qu'avant tout, il ne doit pas mentir et respecter sa parole, que la Connaissance de la Vérité consolide sa Foi et son Espérance. Pour Cela il a un allié : son ange gardien, guide intérieur, contre l'Adversaire. La lutte repose, comme le dit Gérard de Sorval : «  Sur un Code d'Honneur non écrit », qui se décline dans les actes de la conduite quotidienne, à la recherche de la Lumière afin de  restituer les choses et les êtres à leur source lumineuse éternelle et de les réintégrer dans l'Ordre Universel"

Par l'Union de la Sagesse, Force et Beauté, l'homme parvient à maîtriser son moi en se plongeant dans son Soi.

 

Ainsi le Chev :. comprend les 7 combats (contre vertus) à mener de front, car elles sont les 7 aspects d'une même chose :  Haine - Discorde - Orgueil - Indiscrétion - Perfidie - Méchanceté – Calomnie  et c'est dans cet état, qu'il doit partir au combat.

  7, chiffre de la plénitude et de l'Universalité, chiffre de la Perfection, et que l'on retrouve au centre du bijou heptagonal, avec l'Agneau Couché sur le Livre des 7 Sceaux, en référence à la 2ème  Révélation de Saint Jean : 7 Sceaux + Agneau (La clé) = 8

7 sont donc les règles de notre Chevalier qu’il se devra d’intérioriser.

Avec les 3 Vertus Théologales :  FOI, CHARITE, ESPERANCE,

les 4 Vertus Cardinales,  FORCE, JUSTICE, PRUDENCE et TEMPERANCE,

 Ensemble synthétisé et imagé par l'Echelle de Jacob, autre moyen d'aller de la Terre au Ciel, de la mort à la vie, du mortel à l'immortel, avec l'Arc-en-ciel, voie Ascendante et Descendante.

 

La Prudence: C’est la Règle de toutes les Vertus, c'est le chemin qui mène à toutes les étapes de la rectitude. C'est elle qui illumine notre voie dans la Vie.

Sa CUIRASSE, son HAUBERT, Sa COTTE DE MAILLES, indique les limites du Risque entre extérieur et intérieur.

 

 La Justice :  Si la vraie Prudence a 2 yeux, la JUSTICE ne doit pas être aveugle. Elle n'est ni vengeance ni égalité.

La JUSTICE est balance, c'est l'équité, car dans chaque plateau, il y a tout auquel il a droit, et rien ne lui est soustrait. L'aspect du Droit de JUSTICE est lié à la notion de Loi Extérieure de l'Homme d'Armes, alors que la Loi Intérieure est celle de l'Homme Libre avec l'Honneur, non plus de Droit, mais de Devoir.  L'épée doit être polie et brillante, comme l'âme doit être honnête et droite.  L'EPEE de JUSTICE ne peut servir que pour le service de Dieu et du pauvre, c'est pourquoi elle représente la Foi par sa forme.

 

La Tempérance: je cite 1 Thessaloniciens 5.8 :

" Soyons sobres, revêtus de la cuirasse de Foi et de l'Amour, avec le casque de l'Espérance et du Salut" … Sobriété dans les actes. Elle reflète extérieurement le Degré de contrôle intérieur de chacun ...Mea culpa

 La Tempérance, contrôle extérieur de l'animalité, en référence aux éperons, mais également à la chemise et au pourpoint de Chasteté. Chausses et souliers, considérés comme les pieds de l'âme, portent les inclinations spirituelles, (Les pieds ailés d'Hermès ?), et doivent donc être protégés contre les tentations, sous peine d'être blessés. (Talon d'Achille) … De même que le corps est supporté par les jambes et les genoux, l'âme, grâce à la patience et la constance, ne faillit pas.

 

La Force ou Courage : Sa plus belle démonstration est de ne pas être utilisée.

Un gant de velours dans une main de fer, reflète, la volonté de bien faire, ou de faire le bien, tout en maintenant une présence de la Force tranquille et vigilante. Le velours est à l'intérieur et le fer à l'extérieur. Celui qui possède la Force, est rarement ébranlé. Elle est à égale distance de la témérité et de la couardise.

Elle est représentée à la Cathédrale de Chartres, par une sculpture en cotte de mailles, casquée, tenant une épée et arborant un bouclier orné d'un Lion. Elle indique de rester vigilant et d'être prêt à intervenir. Elle doit être vue afin de ne pas être utilisée.

 

La Foi: La Foi est le 1er échelon de l'Echelle Mystique. Saint Paul aux Thessaloniciens (5- 5 … 8) qui nous en dit : "Nous donc qui sommes du jour, soyons sobres, revêtons la FOI et la CHARITE pour cuirasse et pour casque l'ESPERANCE du salut"

Ou encore «  Tenez en main le Bouclier de la FOI..."

 Ce Bouclier est porteur des couleurs de Dieu, comme il est loisible de le voir à Chartres sur la sculpture de la FOI, un CALICE en ornant l'Ecu.

Notons que dans plusieurs Tradition, le Chef était monté sur un bouclier, lors de sa prise de pouvoirs. Traduisant par cela qu'avec l'aide du divin, représenté sur le bouclier (soleil, calice), il s'élevait vers ce rang.

 Ce bouclier, protège des traits et coups de l'ennemi, mais aussi des convoitises de la chair, de l'orgueil et de la vaine gloire, protection contre les flèches visibles … et invisibles. Cette Foi, c'est le fondement de la JUSTICE, le lieu de l'amitié et le principal pilier de la société. Par elle nous avons la connaissance d'un Etre supérieur, nous avons accès au Trône de la Grâce, nous sommes JUSTIFIES, ACCEPTES et RECUS.

En vivant selon la tradition Maçonnique, notre FOI se transforme nous conduit dans ce Temple, situé dans le Ciel où le JUSTE repose en Béatitude dans l'éternité, celle du G\A\D\L\U\

 

La Charité : Il faut se souvenir que le mot grec pour charité dans le texte original, "AGAPAE" veut dire AMOUR.  Cela d'entrée de jeu pour dire que la Charité dont nous parlons n'a rien à voir avec le "don aux pauvres".

Et je cite Saint Paul .. » sans CHARITE, AMOUR, il n'y a rien. (I Corinthien 13 1 … 2)  …

L'Amour, ce lien de Perfection, est symbolisé par le haubert, la cotte dont chacune des mailles est liée les unes aux autres. Que l'une de ces mailles vienne à rompre, et c'est l'ouverture par où la mort peut pénétrer. De même, que l'Amour ne soit pas total et universel et c'est l'ouverture à la mort de l'Ame.

Avec l'étude de la CHARITE/AMOUR, notre Chev :. apprend qu'il est .. patience, dévouement, désintéressement, indifférence au mal, qu'il n'est pas envieux, ni hautain et qu'il ne s'emporte pas ; qu'il prend plaisir à la JUSTICE et trouve sa joie dans la Vérité … qu'il pardonne tout, espère tout, endure tout.

 

L’ Espérance:  qu'elle est-elle ? C'est celle du Salut … et je cite :

".. revêtons pour casque, l'ESPERANCE de Salut..." mais précisée en Isaïe 59-17 : " Il a revêtu la justice comme la cuirasse, avec le casque du Salut en tête, ..." … c'est à dire le Casque qui assure le Salut.  "Cette Espérance, nous l'avons comme l'Ancre de l'âme, sure et solide, qui pénètre par delà le Voile (Saint des Saints), … là où Jésus est entré pour certains en avant-coureur,  (Epître aux Hébreux. 6-19) la où le mait :. a été relevé de cette mort physique pour renaitre sous une autre forme et entrer par les 5 points de la maitrise dans le Saint en soulevant le voile d’Isis par la porte dont il est devenu la Clef.

Il est à noter que la position du casque, endroit le plus élevé, dans l'armure du Chevalier, c'est le LIEN entre le CIEL et la TERRE. Le casque protège la tête, partie la plus fragile du corps, des coups de l'extérieur, mais appelle surtout l'attention du Divin pour celui qui le porte.  En ce sens, l’Espérance donne le courage, la Force qui ne doit jamais s'éteindre, car alors, elle fait place à la réalisation … un solve coagula ....on ne l'Espère plus. … L'ensemble de ces vertus, l'ensemble de ces armes de lumières, font ainsi CORPS.

Il sera le preux Chevalier, obéissant à un Ordre Spirituel. Il ne veut plus rien pour lui. Il ne s'appartient plus. Gardien de l'Ordre Sacré, il est par le seul critère de Chevalerie … l'AMOUR.

 Voila le seul mot, le seul lien, l’universalité de nature et de la création   la seule chose qui nous pousse nous Chev :. à croire que ce petit pas pour l’Homme est un pas plus grand pour l’Humanité, nous voila prêt à nous sacrifier pour être dans le Beau le Bon  le Véridique …. Vaincre pour transmettre son Amour et sa connaissance ….. tout est bon pour réussir et faire resplendir la rose au centre de la Croix, au centre de son cœur en passant par le chemin de l’Intuition et la raison qui doivent éclairer et vivifier la Vérité. La matière n’est que de l’énergie dévaluée, laquelle n’étant qu’une forme inférieure de l’Esprit.

Il établit enfin le silence de ses sens et de ses émotions, pour qu’en lui résonne la musique du Divin, pour moi celui que l’on dénomme le GADLU. Et si j’avais voulu décliner par une autre voie les 7 armes du Chev :. R+C au sens alchimique en référence à Mon BAF Jacqques Triel :. de l’école de Carro, je vous aurais décliné que le processus opérationnel de perfectionnement de la materia prima aux fins de passer des caractéristiques du fer à celles de l’or, s’opèrent en sept étapes comme suit : fer - cuivre – plomb – étain – mercure – argent – or . ou aussi  Or ou Soleil, Argent ou Lune, Mercure, Plomb ou Saturne, Etain ou Jupiter, Fer ou Mars, Cuivre ou Vénus. … Que ce mode opératoire alchimique est codifié principalement en sept étapes que l’on peut considérer comme les démarches de pensée consistant à marquer des étapes dans la transformation de la matière dont le but ultime est la réalisation du Grand Œuvre.

La première étape est la CALCINATION qui a pour rôle de décomposer la matière que l’on veut transformer.

La deuxième étape est la PUTREFACTION , elle porte l’image de la mort nécessaire au renouvellement de la vie , elle correspond à l’Œuvre au noir …sans cette phase de putréfaction de la matière le Grand Œuvre ne pourrait arriver à son terme

Vient ensuite la troisième étape la SOLUTION qui nous pousse à dissoudre grâce au sel philosophique, c’est à dire à ordonner pour faire ressortir une forme nouvelle. l’Œuvre au blanc.

Elle est suivie par la DISTILLATION, quatrième étape qui change la nature et la propriété des choses par chauffage dans l’athanor.

La cinquième étape ou CONJONCTION rend possible le prolongement de ce niveau d’intégration car on ne s’intéresse plus à ce qui sépare mais à ce qui rassemble, il s’agit maintenant d’intérioriser le monde et son propre monde en se projetant vers l’avenir… c’est vous l’avez compris l’Œuvre au rouge

La suite logique est la SUBLIMATION.Cette sixième étape est une opération qui nous apprend à faire jouer les choses et à savoir manier l’Art de la raison

Enfin arrive la COAGULATION septième et dernière étape. Elle exprime la voie dans laquelle l’Homme s’engage quand il construit son Grand Œuvre individuel grâce à une pensée de plus en plus philosophique qu’il acquiert par sa faculté d’abstraction pour aller à l’essentiel.  c’est le SOLVE et COAGULA

 

 

 

Notes supplémentaires en regard de la réception au 30  deg du REAA …

vous avez été conduit par lui au pied de l'échelle mystérieuse. Là il vous en a donné une explication que nous allons vous rappeler en l'abrégeant. Il vous a dit :  Cette échelle vous révèle par son montant droit, la première base de l’ordre : culte sans superstition ni fanatisme ; par son montant gauche, la seconde base : travail continuel pour le bonheur des hommes.

A chaque échelon, d'un côté de l'échelle, est tracée une leçon morale. 

Au premier, Dévouement aux malheureux ;      -  TZEDAKAH    Justice

Au deuxième, Doctrine de l'Evangile renouvelée de la morale des anciens sages, … ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qui le fût fait ;  -  SCHOR LABAN   Pureté

Au troisième, Courage dans l'adversité ;   - MATOK    Douceur

Au quatrième, Amour du vrai ; horreur du mensonge ;  EMOUNAH  Force

Au cinquième, Perfection comme but de toutes les actions ;    - AMAL SAGGHI   Travail

Au sixième, Patience, résignation, tolérance ;   -  SABBAL   Fardeau

Au septième, Fidélité aux engagements .    -  GHEMOULNAH   Prudence

 

Sur le haut   OHEB ELOAH   Amour de Dieu  au bas  OHEB KEROBO   Amour du prochain

 

A chaque échelon du côté opposé est l'indication d'une des sciences les plus utiles à la dignité et au bonheur de l'homme. 

Sur le premier échelon, Grammaire : rectitude du langage ; 

Sur le second, Rhétorique : art de discourir. 

Sur le troisième, Logique : discernement de ce qui est vrai avec ce qui est faux ; 

Sur le quatrième, Arithmétique : science des nombres, utile au propre comme au figuré ; 

Sur le cinquième, Géométrie : connaissance des lignes, habileté à mesurer les choses matérielles dans tous les sens ; 

Sur le sixième, Musique : harmonie dans les actions, douceur du langage ; 

Sur le septième, Astronomie : étude des corps célestes, dogmes et pratique de la plus haute morale.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de anck131
  • Le blog de anck131
  • : mon parcours maconnique pour transmettre à ceux qui cherchent
  • Contact

Recherche

Liens