Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 07:52
Repost 0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 23:05
Attaque fanatique contre le GM du GODF
Attaque fanatique contre le GM du GODF
Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 20:47
Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 20:52
Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 20:44
Repost 0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 11:53

Partie 2

Rappel de l’histoire du Chev Gauvin

Gauvain part à la recherche futile de plaisirs et de divertissements. Ces aventures pourraient prendre un tout autre aspect si Gauvain se posait les bonnes questions.                                                           Hélas, Gauvain ne s’attache qu’à l’apparence des choses, et préfère ses lévriers à sa fiancée.         

Gauvain se laisse submerger par ses pulsions mortifères, perd la maitrise de ses émotions et de ses actes. Ses lévriers, qu’il a réussi à garder, seront pour lui, les souvenirs de ses aventures et de sa chute, sans qu’il lui soit permis de se réaliser.

 

Le Chevalier Gauvain, neveu d’Arthur, décide de partir à la recherche de plaisirs et de divertissements. En chemin, il rencontre un chevalier qui l’invite dans sa demeure ; très vite on apprend que c’est un piège. Gauvain est averti par des paysans que le seigneur anonyme met à mort celui qui le contredit !

Gauvain décide d’ignorer les conseils, préférant l’imprudence au qu’en-dira-t-on de la lâcheté ! Il arrive donc dans un somptueux château ; aussitôt, le seigneur lui présente sa fille, qui est d’une beauté sans pareil.

 

Gauvin ayant néanmoins à l’esprit les avertissements des paysans, reste courtois mais distant. Peu à peu, Gauvain prend conscience qu’il est prisonnier du seigneur, même s’il lui offre sa fille, qui est d’une grande beauté, et peu farouche. Le chevalier pousse sa fille dans les bras, et même dans le lit de Gauvain. Hélas, pour Gauvain, lorsqu’ils sont couchés nus dans un lit, une terrible épée mue par une force invisible le menace lorsqu’il essaie de se rapprocher de la belle.

 

Au matin, le père terrible s’étonne de voir Gauvain encore en vie ; l’épée magique servait en fait à désigner le meilleur des chevaliers, digne d’épouser la belle. Ensuite, après une longue période, Gauvain voulu rentrer chez lui ; Son beau-père accepta, et Gauvain rentra chez lui, avec sa belle et une paire de lévriers. En chemin, un chevalier, lourdement armé, rattrapa Gauvain et sa belle et voulu s’emparer de son épouse. Rappelons que le chevalier était très puissamment armé, alors que Gauvain n’avait que des armes légères ; le combat étant inéquitable, le chevalier proposa de jouer la « propriété » de la belle jeune femme. Elle ira vers un des deux hommes, et appartiendra à celui qu’elle aura choisi. Gauvain, confiant dans la jeune femme, accepta.

 

Hélas, la belle choisi le chevalier inconnu, et Gauvain accepta le verdict.

 

Une nouvelle dispute éclate entre les 2 hommes, pour la propriété des chiens. Gauvain, fou de rage, défie le chevalier lourdement armé. Il le désarçonne, le met à terre et l’assomme. Ensuite, « Gauvain y met toute sa force car le tort et l’insulte qu’il lui a fait excitent sa haine. Il le malmène et le maltraite rudement puis, soulevant le pan de son haubert, il lui perce tout aussitôt le flanc de sa bonne épée.

 

Sa vengeance assouvie, il abandonne le corps. »  et Gauvain rentra chez lui, seulement accompagné de la paire de lévrier ;

 

Gauvain : l’initiation inachevée !

On pourra mesurer le désir futile de cette aventure. Il ne s’agit pas pour Gauvain de partir pour une noble cause, (la quête du Graal), mais seulement de partir pour chercher de nouvelles aventures dans le but de les raconter à la cour de son oncle, à son retour. Il cherche donc à se valoriser, sans réellement avoir la volonté de rechercher en lui-même sa pierre brute et de la tailler. (Que cherchezvous dans vos voyages. ? La Vérité et la Parole Perdue !!!).    

 

Une première chose qui peut nous mettre la puce à l'oreille, est le luxe de détails dans la parure du chevalier. L’auteur nous donne une liste d'habits et d'accessoires tous plus luxueux les uns que les autres; Cette liste de d'atours nous donne dès le début du texte une impression de futilité; est-ce véritablement ainsi qu’un Chevalier digne de ce nom doit préparer son voyage (doit se mettre en chemin….doit être initié ?).

Ici, l’accessoire prend le pas sur l’essentiel ; Gauvain est-il apte à accomplir son voyage  … !  le compagnon a-t-il dans son bissac tous ce qui lui est nécessaire pour accomplir son voyage ? :

 

· La règle (la conscience de la loi morale)

· Le compas (la comparaison)

· L’équerre (la rectitude)

· Le maillet (la volonté)

· Le ciseau (le discernement)

· Le fil à plomb (l’introspection)

· Le viatique (la reconnaissance de ses Frères)

· Le pain (la fraternité)

 

Nous verrons plus tard qu’il n’en est rien. !

 

Nous avons vu que Gauvain est très vite averti par quatre paysans du piège qui lui est tendu ; dans un premier temps, il ignore ces avertissements. Mais une fois au château de son hôte, il devient plus prudent.

 

Cette attitude est à rapprocher de la sentence du 2ème voyage « N’accorde à qui que ce soit une confiance aveugle, mais écoute tous les hommes avec attention et déférence ; aie la ferme résolution de les comprendre. Accueille toutes les opinions, mais ne les déclare justes que si elles apparaissent telles à ton examen propre…. »

Cette sentence pousse le chevalier à développer son libre-arbitre, son juste raisonnement (l’emploi du compas et de la règle). Ce libre arbitre a sa contrepartie ; c’est la responsabilité. Le chevalier a fait emploi de sa raison ; il a écouté les paysans (plutot il a écouté son coeur ou sa conscience), et il a pris sa décision. Désormais, la contrepartie de sa liberté sera sa responsabilité.

L’aventure avec cette jeune fille si belle et si pure, poussée par son terrible père dans les bras (voire dans le lit) de Gauvain est a priori incompréhensible.

 

Quels enseignements à tirer de l’épisode Gauvain et la ravissante jeune fille. Je vous propose de donner un nom à cette jeune fille, car nommer c’est définir, et c’est faciliter notre entendement. Je vous propose de la nommer Vérité (avec un V majuscule) cette belle et pure créature.

Bien entendu, si cette jeune fille s’appelle Vérité, son père ne peut être que l’Esprit. Il convient donc de « passer par l’Esprit pour « connaitre » la belle jeune fille, la Vérité. ! ( Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Jean 14-6)

Gauvain devient un chevalier à l’initiation imparfaite, attiré par les beaux habits (par l’apparence) plutôt que par la beauté intérieure des choses.(Ne profane pas le nom de Vérité en le donnant aux conceptions humaines 2ème voyage)

 

Gauvain est-il le Anakine Skywalker des Chevalier de la table ronde ? Un Chevalier qui est sur le chemin d’une véritable destinée, mais qui porte en lui une fêlure, une faille qui l’empêche d’accomplir son destin. Anakine Skywalker, est un chevalier dont l’initiation est incomplète ; Nous rappellerons que Anakine Skywalker est devenu Dark Vador (le Père caché), en étant été attiré du côté obscur de la Force afin de sauver de la mort, son amour, la princesse Padmé. On peut comparer Anakine a Faust, qui a vendu son âme au diable afin de transcender l’insondable mystère de la mort ; il a voulu quitter sa condition d’humain pour être l’égal des dieux.

 

 

 Ma conclusion toute personnelle à cette histoire, est que nous sommes tous des Gauvain, simples humains, en quête du Graal ; mais si le Graal est inaccessible, sa quête en est pour autant indispensable.

 

 

Joseph Campbell dans son ouvrage « le héros aux mille et un visages » nous donne une partie de la solution « Le héros est l’homme qui s’est entièrement soumis….. le schisme de l’âme, le schisme du corps social ne trouveront pas leur solution dans un retour au bon vieux temps(…)    Seule la naissance peut vaincre la mort – non pas la renaissance de quelque chose d’ancien, mais la naissance de quelque chose de neuf.

L’âme et le corps social doivent être le siège (si nous voulons connaitre une longue sur-vie) d’un continuel « retour de la naissance »  afin d’annuler les récurrences inexorables de la mort.

Car c’est à travers nos victoires même si nous ne sommes pas re-nés que s’accomplit l’oeuvre de Némésis…. Nous ne pouvons plus rien, si ce n’est que subir la crucifixion et ressusciter, être complétement démembrés pour ensuite renaitre. »

(Joseph Campbell le héros aux mille et un visages, collection J’ai lu, page 32).

 

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 20:43

PARTIE 1

Le Mait Sec ouvre la suite des degrés de Perfection au REAA en posant un ensemble de préalables nécessaires à leur compréhension. Ce qui peut expliquer son apparition au XVlllème siècle postérieure aux autres degrés. Il prépare les Maîtres à saisir le sens du mythe d'Hiram et de l'univers qu'il sous-entend par une série de pistes de réflexions et d'idées, qui sont autant de chemins d'accès à la Con-naissance et de clés d'éveil de la Con-science.

Le Mait Sec travaille « dans le Temple du Roi Salomon, devant le Saint des Saints » et perçoit à l'Orient, tracés « un grand cercle (dont le trait est de grande épaisseur) dans lequel est placé le Triangle sacré, pointe en haut, portant en son centre l'Etoile flamboyante ». Les pointes de l'étoile ne touche pas le cercle du Mait et de fait rayonne en son sein de sa propre lumière. Le G n'est pas en son centre comme au grade de Compagnon ... comme pour en susciter l'idée, pour transmettre sous une forme non révélée des questionnements et re-susciter en mémoire la trace d'une Parole perdue, jusqu'à faire pressentir l'essentiel (pré-sentir l'essence-ciel) qui les sous-tend ?

 

Aux trois premiers degrés la Bible est ouverte au Prologue de l'Evangile de Jean «alors qu’elle est ouverte en degrés de Perfection au Premier Livre des Rois où est relatée la construction du Temple de Salomon. Notre vision linéaire du travail intérieur comprend une perception transversale d'un chantier symbolisé par la construction du Temple et la poursuite de l'œuvre d'Hiram. Mais en nous substituant au Mait :. , ne sommes-nous pas prédestinés à rencontrer les mêmes obstacles ? Les degrés du Rite de Perfection mettent les points sur les« i » de la réalité des épreuves à surmonter. Ce « i » de l'alphabet latin s'apparente à l'homme debout les pieds à l'équerre et la tête dans les étoiles, comme issue de l'Hebreu la lettre« vav » de valeur numérique 6 et dont l'image représente un clou surmontée par le« yod », de valeur numérique 10 cad 1 ce qui n'est pas sans rappeler la batterie par 6 et 1 du grade de MS.

 

A l'expression du temps de travail « De midi à minuit» comportant un commencement et une fin bien définis, le MS commence lui son travail lorsque « l'éclat du jour a chassé les ténèbres et la grande Lumière commence à paraître », et le clôture« à la fin du jour ». La lumière à travers sa nature et sa propagation symbolise le travail continu et intérieur du F Maçon en recherche.

 

Le MS n'est plus dans le binaire conflictuel des premiers degrés, mais dans les fondations d'un espace en lui-même. Il doit en sortir pour être plus en paix, pour être« en mesure » d'entendre parler son cœur, dans le Secret et le silence, car les nobles pensées viennent du cœur. « Vous ne prendrez pas les mots pour des idées et vous vous efforcerez toujours de découvrir l'idée sous le symbole ». Il doit par ailleurs les intégrer et les animer toute sa vie pour en faire des symboles vivants comme la Clé d'ivoire. Le silence du MS par le signe du Grade s'impose de lui-même, devient l'espace médiateur d'une voix intérieure que seul son cœur sait entendre et reconnaître. Après les degrés symboliques, les degrés de perfection étagent les questions sur plusieurs niveaux entre lesquels va et vient le MS, en mettant en perspective ses attentes.

 

Le MS se remet en cause et se renouvelle en parlant de fatalité, de nécessité, de destinée, de malheur, en alliant la détermination et l'avertissement« Le Devoir est la grande Loi de la Franc-Maçonnerie, inflexible comme la Fatalité, exigeant comme la Nécessité, impératif comme la Destinée » « Malheur à ceux qui aspirent à ce dont ils sont indignes » « Malheur à ceux qui veulent assumer une charge qu'ils ne peuvent pas porter » « Malheur à ceux qui acceptent légèrement des devoirs et qui, ensuite, les négligent ». le MS reste dans l'appréhension du monde « Quelque admiration que vous inspire le spectacle de l'Univers, du macrocosme au microcosme, souvenez-vous que vous ne l'admirez qu'en proportion de votre faiblesse, en présence de son immensité ».

 

Le MS est en deuil et souffre de la perte irréparable de Maître Hiram et c'est dans cet espace noir du deuil qu'il re-construit et se re-structure en devenant plus responsable. Chaque mot, chaque idée manifeste un engagement, et peut devenir signe, unité de mesure, unité de tout ... Unité du Tout. Il s'interroge sur les idées qui émanent de lui comme celles qu'il reçoit pour savoir s'il doit ou non les prendre en compte « vous n'accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie »   ... Ce qui l'amène à devenir Passeur et Gardien de l'idée de Vérité.

 

Il ravive par là-même le besoin inné de Connaissance qui habite le MS et le « re-lance » dans sa quête de la Parole Perdue. il doit s'accomplir et dispose pour cela d'une clé symbolisé par le Z de Ziza qui lui ouvre dans le Temple du Roi Salomon … le Saint du Saint des Saints. Il ravive en lui-même ce« secret qui aspire à être dévoilé » « le moyen d'exprimer sous une forme qui peut être retrouvée une vérité qui nous dépasse » et qui constitue la quête du Sublime architecte de tous les Mondes.

 

L'âge symbolique du Maître Sec est de sept ans et plus, La batterie est aussi de sept coups par six plus un. Le MS s'incorpore à lui-même et devient le témoin de sa propre re-création, qui résonne encore de son acclamation « à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers» il répond à la question « Etes-vous MS ? Je m'en glorifie ».

 

En Atelier de Perfection le Maçon ne rassemble pas seulement ce qui est épars mais apprend à travailler et à se réaliser à plusieurs niveaux à la fois, en élevant de ce fait des colonnes gravées qui résonnent entre elles.

 

Repost 0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 21:58
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 21:11
J et B
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 06:24


Ou mieux comprendre une partie symbolique très importante du Rituel de Memphis-Misraïm sur les 3 piliers et la couleur verte ……..


Le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm en particulier dans ses trois premiers degrés n’a rien à voir dans ses objectifs et sa conception avec la culture judéo-chrétienne, malgré les affirmations de certains.


Notre Rite est de nature purement hermétique et gnostique. Les trois piliers qui entourent le Naos sont sans lien avec l’arbre séphirotique hébraïque, et ces trois piliers puisent leur signification et leur utilité dans le « Livre des morts égyptiens » qui n’à que très peu de lien avec la Kabbale.


Ces piliers doivent donc être disposés par ordre Sagesse, Force et Beauté, car pour tout hermétiste ou gnostique, opposé en cela au dieu anthropomorphe de l’Ancien Testament, c’est bien l’Amour (c’est-à-dire la Beauté) qui parachève l’oeuvre accomplie et c’est bien par la Connaissance, c’est à dire le Savoir conjugué à l’Amour que l’initié chrétien véritable des évangiles réintégrera la Source et rejoindra le Dieu Authentique qui n’est autre que le Père.

Les 3 piliers Sagesse, Force et Beauté qui entourent le Naos doivent être pourvues dès l’ouverture des travaux au premier degré de trois bougies blanches (disposées en triangle) qui symbolisent, les apprentis, les compagnons et les maîtres présents dans la loge, il n’y a aucune raison que seule la présence des apprentis soit symbolisée sur ces 3 piliers, même si une seule bougie est allumée au premier degré, dès qu’une bougie est éclairée, elle participe à l’activation des énergies utiles au travaux de la Loge.


De même sur le chandelier à sept branches qui est disposé sur le plateau du Vénérable Maître (qui ne doit pas être une menora) doit être équipé de 7 bougies, même si trois seulement sont animées au premier degré afin de manifester le sacré des travaux qui vont être effectués.


Pourquoi une bougie verte sur le Naos et sur chandelier du Vénérable Maître ? …

La bougie du Naos et la bougie centrale du chandelier à 7 branches du Vénérable
Maître, doivent impérativement être de couleur VERTE, car elles symbolisent la Voie cardiaque dans la Loge, le centre vital du coeur et la couleur habituelle des Traditions.

Pour chaque Tenue, elle permet de réactiver chaque membre de la Loge, comme sont réactivés les travaux lors de chaque ouverture des travaux par, notamment, l’allumage des deux bougies vertes.


Couleur de l’Espérance, le vert pour certains est une couleur « porte-malheur » en particulier dans notre Provence suite à une légende…mais respectons les croyances et examinons surtout les éléments que nous vivons au quotidien…


La couleur verte est l’expression du vivant dans le minéral, l’exemple le plus frappant est lorsque l’on regarde le phénomène d’oxydation qui a lieu à la surface d’un objet en cuivre, on voit la transformation de la couleur orange…marron puis à celle de couleur verte…


Mais cette couleur nous fait surtout penser à la nature, les arbres, les végétaux, et aussi à l’eau, symbole de la vie, n’oublions pas que les Égyptiens attendaient la crue du Nil, pour irriguer leur terre et ainsi pouvoir nourrir leur famille, les Égyptiens avaient attribué cette couleur à Phtah, le créateur et le stabilisateur, l’eau était l’élément primordial de la création, elle désignait la fondation du temps, la création du monde et symbolisait la naissance matérielle et spirituelle, c'est-à-dire les mystères de l’initiation…

Et comme le précise notre Rituel du Premier degré dans la dernière phrase avant la suspension des travaux … « Et comme les eaux du Nil fécondent la terre de Memphis, dans la saison Shâ et au mois de Thôt, ainsi les Eaux d’en haut fécondent le Temple intérieur de l’homme en la même mystérieuse saison »…


La couleur verte est aussi la couleur de Vénus, symbole de renouveau…sur le plan psychologique et dans les rêves, le vert, couleur de la vigueur sexuelle, reflète le besoin d’épanouissement, d’estime, de valorisation, de culture et de connaissance…si la couleur verte est aussi celle des corps en décomposition, elle est en même temps, et par là même, symbole de régénération, car la « Vie » naît de la « Mort »…


Les raisons connexes à l’adoption de la couleur verte pour ces deux « centres vitaux »de la personnalité collective de la Loge assemblée sont multiples et tout aussi importantes que la précédente, et en particulier pour la renaissance de l’Egrégore des Chevaliers au cours de chacune de nos Tenues


La couleur verte est aussi celle de l’Émeraude et d’une certaine Table, mais cela est une autre histoire …

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de anck131
  • Le blog de anck131
  • : mon parcours maconnique pour transmettre à ceux qui cherchent
  • Contact

Recherche

Liens