Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 06:18
Discours Reception au 12 éme GOE

Mes TCF nouvellement reçus ce soir, que de sciences et de pistes évoquées dans cette cérémonie de ce soir qui vous été dediée Kabbale, Astrologie, Magie, Théurgie……. toutes sciences qui doivent nous interpeler nous, maçons de la Terre d’Egypte qui travaillons à un rite éminemment déiste, spiritualiste et ésotérique. Et il semble ainsi qu’il peut paraitre parfois  que nous travaillions sur une autre planète, et c’est peut être très bien ainsi, nous restons des cherchant qui ont frappé délibérément à la porte des collèges du GOE pour venir partager le travail et les recherches des Fils D’Horus sous l’ombre du palmier d’Egypte.

Je vous propose donc pour ce soir un petit voyage en Alchimie, science pleine de découvertes et d’embûches, de surprises voire même de dangers et que toute une vie humaine ne saurait suffire à connaître et défricher dans toute sa complexité et son intelligence spirituelle.

Voilà donc posé un très long voyage initiatique, transmutatoire en tant que tel, de la matière à l’esprit et de l’esprit à la matière qui va nous emmèner via le langage symbolique à un travail opératif très réel sur la matière doublé d’un indispensable travail spirituel permettant la véritable construction du Temple de l’Homme.  Et c’est dans cette quête initiatique qu’elle rencontre et vient s’interfacer avec la Maçonnerie Traditionnelle.

Prenons un exemple .. lorsque l’on parle de la Pierre, il s’agit pour les uns de la Pierre brute à travailler jusqu’à la rendre cubique à pointe et pour les autres de la Pierre Philosophale à purifier afin de la rendre utilisable au Grand Œuvre Alchimique cad de transmutation bien sur.

La préparation de la matière  est la véritable clé de l’Œuvre. Considérant que cette Matéria Prima est l’Homme lui-même, on comprend  mieux que ce processus permette la formation d’un nouveau corps en réunissant les 2 principes antagonistes, amenés auparavant à un état maximal de pureté.

 Ainsi l’Alchimie apparaît comme un travail de purification devant rendre l’Homme capable de s’élever pour accéder à des connaissances supérieures. La vieille maxime alchimique dit « ora et labora », c’est-à-dire prie, et travaille, l’alchimiste devant ainsi avoir la tête dans les étoiles tout en gardant les pieds sur terre.

Dans nos temples, à  l’Orient se trouvent les luminaires du soleil et de la lune, deux acteurs essentiels du Grand- Œuvre, car l’union du soufre et du mercure, du soleil et de la lune , du roi et de la reine ( voir « Les noces chymiques de Christian Rozen Kreuz »),   sont le symbole central de cette science.  Ainsi que d’autres symboles dans nos loges, ils  sont issus de l’Alchimie, un peu comme pour faire un signe aux éveillés…….que ceux qui veulent voir   regardent…et voient.

L’Œuvre, en maçonnerie, commence par une étape de  préparation, le passage dans le cabinet de réflexion où sont symbolisés pour mémoire le sel, le souffre et le mercure,  puis par les colonnes du nord et ensuite celle du midi où le Franc Maçon aura subit les épreuves des 4 éléments :  terre, eau, air et  feu, avant de devoir voyager guidé par l’étoile à 5 branches, symbole de la quintessence et de son accomplissement , pour acquérir les connaissances nécessaires à la réalisation de son Grand Œuvre personnel.

A ce stade de son avancement, il devrait avoir fini ses propres « Travaux d’Hercule » et ainsi disposer de son propre mercure Philosophique.

Au 3 éme degré de Maître Maçon, là où il est dit  que «  la chair quitte les os », va correspondre la première putréfaction symbolisée par la couleur noire.

Dans les voies traditionnelles de Memphis Misraïm,  comme au REAA, au 4eme deg :., le Maître va entreprendre le voyage de son âme à la recherche du « petit » roi au plus profond de lui-même , celle qui est la fiancée des fameuses Noces Chymiques, avec une timide apparition au 9eme degré pour se manifester pleinement au 18eme degré, celui de Chevalier Rose+ Croix, 1ere manifestation de la Pierre au rouge, la Pierre Philosophale. Celle  qu’on appelle encore « Faux Prophète «  en terminologie alchimiste, car elle n’a pas encore été multipliée et ne possède pas encore de véritable puissance transmutatoire.

Enfin s’ensuit le  28eme degré qui se consacre totalement aux différents aspects du symbolisme  alchimique, celui dit du Chevalier du Soleil, le soleil étant  naturellement l’Or Philosophique.  Ce Chevalier ou Cavalier (celui qui chevauche la cavale mythique)  est celui qui est parvenu par sa seule quête personnelle à la découverte du souffre philosophique, le soleil,. Ce qui fait de lui un véritable Adepte au sens initiatique du terme. Et vous comprenez alors mieux peut être pourquoi l’analogie que j’en fais avec le Chev :. De l’Aigle Rouge

Vous allez donc à présent faire exalter le Principe Universel, la Matéria Prima, sans la connaissance de laquelle rien ne peut aboutir. Tout le problème pour le Chev :. AA :. Alchimiste est de savoir préparer l’Aimant Universel, c’est-à-dire rendre sa Matière Première Philosophique, récepteur de l’Esprit Universel.

Par ailleurs, au-delà des degrés plus hermétiques que possède encore  notre rite,  il est nécessaire de rappeler que Mem:. Misr:.  a le privilège de posséder les fameux « Arcana Arcanorum » importés d’Italie et introduits vers 1816 dans le rite de Misraïm  qui selon les traditions  les plus secrètes de l’Ancienne Egypte, révéleraient et développeraient le devenir du véritable Adepte de l’Alchimie pratique et aussi des aspects de pratique théurgique.

« Il semble cependant illusoire de penser en ce qui concerne la maçonnerie (nous dit notre Frère Denis Labouré, après bien des recherches,) qu’une filiation historique ininterrompue aurait permis aux secrets des Mystères Antiques de parvenir directement jusqu’aux Loges maçonniques. Mais  ils ne sont pas tombés du ciel (ajoute-t-il) et il est probables qu’ils y sont parvenus par  des lignées de Mages et d’Alchimistes qui oeuvrèrent dans le silence de leur oratoire, avec ou sans patente… »

Pas simple donc de vous parler d’Alchimie, d’autant plus que de nombreuses voies opératives, plusieurs dizaines semble-t-il, dont une voie sacerdotale difficile et pouvant se révéler dangereuse, permettraient de conduire à la fameuse Pierre Philosophale.

Précisons  toutefois que,  parlant  de l’Alchimie minérale et métallique rencontrée le plus fréquemment dans la littérature alchimique,  celle d’ailleurs où l’on parle le plus de transmutations est représentée par deux types de voies assez  différentes.

Ainsi , » les voies humides « qui se travaillent en ballons de verre à des températures ne devant pas généralement dépasser 400 à 500 degrés Celcius.

 Et je citerais

   *     la voie du cinabre utilisant le sulfure de mercure (beaucoup utilisé en Chine où certains voulaient le rendre comestible et en Occident ). Elle est codifiée et se révèle remarquable, tant sur le plan théorique que pratique . C’est une voie intéressante, abordable, pratiquée fréquemment chez les R+C et  par les FF de Memphis-Misraïm.

   *    La voie mixte des amalgames (Nicolas Flamel)

   *   La voie des vitriols (Basile Valentin)

—-et pour la 2 éme voie  « les voies sèches » , surtout celles faisant appel aux sulfures. Elles se pratiquent avec des creusets réfractaires et des fours atteignant jusqu’à plus de 1400° Celcius  et je citerais :

   *    La voie de l’antimoine utilisée par Fulcanelli

   *    La voie du réalgar sulfure d’arsenic

On voit donc que celui qui n’y connaît rien et voudrait s’initier  a besoin absolument de rencontrer un F :.  sincère qui accepte de le guider et l’orienter sur ce chemin parsemé d’obstacles nombreux et variés. Ressemblance frappante mes direz vous avec votre entrée mon TCF Chev :. Au 12eme deg du GOE. Et même quand vous aurez commencé les ébauches de l’Oeuvre, vous devrez vous rendre à l’évidence, que rien n’est jamais acquis, et que le processus alchimique ou autre n’a rien de linéaire et se déroule par à-coups inattendus, dans le  meilleurs des cas, avec un résultat qui d’ailleurs n’est jamais assuré…

On découvre par ailleurs qu’une même voie , par exemple celle plus connue du Cinabre, peut être abordée de différentes façons avec des durées différentes. Ainsi cela est possible par la voie humide en 28 mois philosophiques, soit 28 jours. Ou encore par la voie sèche en 24 mois philosophiques, soit 24 jours. Ou encore par la voie sacerdotale en 9 jours philosophiques, soit 18 heures réelles dans ce dernier cas.

Bien sur, la transmutation des métaux  n’est pas le but final du Grand Œuvre, mais son rôle est essentiel car le Grand Œuvre est une réalisation tout à la fois matérielle et spirituelle dans laquelle il est dit que : « Les corps ne peuvent rien pour les corps, seuls les esprits peuvent modifier les corps ».

Il est ainsi indispensable de ne jamais oublier, sur cette voie comme sur les autres, la tradition hermétique des correspondances qui existent entre le visible et l’invisible , entre la matière et  l’esprit , entre l’homme et le divin, comme nous le rappelle Hermès Trimégiste … » ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et ce qui est en bas est comme tout ce qui est en haut……. »

Tout le processus de notre quête initiatique,  se retrouve dans cette interdépendance mutuelle entre l’homme et la matière, l’homme à la recherche de lui-même, de son origine divine, suivant le fameux précepte « Connais toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux «   de Socrate, inscrit à l’entrée du temple de Delphe, mettant ainsi en évidence l’homologie des structures entre le Créateur et l’homme.

 « Approfondissez les lois de la Nature  et vous découvrirez les lois du psychisme ;  approfondissez les  lois du psychisme et vous découvrirez les lois de la Nature ».

Encore une fois bienvenue mon TCF Chev :. Et bonne route quel que soit le chemin  J’ai dit.

 

Discours Reception au 12 éme GOE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anck131
  • Le blog de anck131
  • : mon parcours maconnique pour transmettre à ceux qui cherchent
  • Contact

Recherche

Liens