Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 06:26
Essai sur l'Hermetisme

« Mutus Liber In Quo Tamen, Tota Philosophia hermetica, figuris hieroglyphicis depingintur, ter optimo maximo Deo misericordi consecratus solisque filiis artis dedicatus, authore cujus nomen est Altus. »

« Le Livre Muet Parle Néanmoins, et s ‘y trouve toute la philosophie hermétique représentée en figures hiéroglyphiques; il est consacré au Dieu miséricordieux, et dédié aux seuls fils de l’art, par l’auteur dont le nom est Altus. »

 

Dans le tableau ci joint, nous trouvons comme personnage principal l’homme. Il est plongé dans un profond sommeil, un sommeil qui revêt deux significations; le profond sommeil de la conscience et le rêve prophétique du patriarche Jacob.

L’homme en question est couché sur la roche sacrée, la roche millénaire, la pierre d’achoppement citée par les écritures. Voilà la pierre secrète, bien différente des autres pierres, car sur elle, nous devons ériger notre temple intérieur, sur la pierre du sexe.

 

Cette pierre donne aussi l’idée d’une grotte ou caverne secrète à l’intérieur de laquelle Ali Baba cacha son trésor et ses joyaux de multiples couleurs.

Ceci est la synthèse du fameux Vitriol alchimiste: Visita Interiora Terra Rectificando Invenies Occultum Lapidem. « Visite l’intérieur de la terre et en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée. »

La roche et la montagne ont une relation intime. Avec la roche de la sexualité nous marchons vers la montagne de l’Initiation.

 

Observons deux branches de rosiers retenues par un nœud; les deux branches sont une vive allusion aux canaux énigmatiques, connus dans l’Inde sacrée sous les noms d’Ida et Pingala, situés des deux côtés de notre colonne vertébrale; un à droite et l’autre à gauche. Rappelons-nous aussi les fameux « nadis » du yoga sexuel tibétain.

Le nœud (le nœud gordien) qui unit les deux branches est le symbole des difficultés que doit surmonter le néophyte pour entrer dans le sanctum regnum de la haute-magie.

 

Le travail de désintégration du nœud consiste à se dominer soi-même et mettre en ordre la force sexuelle; pour cela, l’étudiant doit travailler dans le magistère du feu lentement, en s’isolant peu à peu de la sexualité brutale pour arriver à sa forme subtile.

« Séparer la lumière des ténèbres » ; voilà des paroles qui nous avertissent de la nécessité de séparer la fumée (de la morbidité) de la flamme (le feu fort et tranquille).

 

L’alchimiste doit arriver au magistère dépourvu de ses mondanités et mourant dans ses basses passions. Il doit se convertir en propriétaire et seigneur des forces planétaires et cosmiques en général. Cependant, pour atteindre ceci, il doit avant tout contrôler sa propre nature.

L’homme endormi de cette figure représente la matière première du Grand-Oeuvre; nous nous référons à l’eau lustrée, le mercure des sages, la belle d’argent qui n’est autre que l’eau spermatique du premier instant.

L’alchimiste doit toujours opérer à l’aide du pilon et du creuset; le pilon est le membre viril et le creuset est l’utérus féminin.

 

Dans le travail alchimique, nous devons manier le numéro six de la Kabbale. Ce numéro nous rappelle le sceau de Salomon, les deux triangles unis représentant les deux natures: divine et humaine qui arrivent à se réconcilier avec l’art laborieux du Sacrement de l’amour (Sahaja Maïthuna ou magie sexuelle).

L’échelle merveilleuse de tous les temps, par laquelle le patriarche Jacob vit monter et descendre des anges, n’est autre que la colonne vertébrale ou l’arbre séphirotique de la Kabbale.

Cette échelle a 33 échelons (vertèbres) par lesquelles s’élèvent les splendides atomes de la semence transmutée ou transformée en vapeur atomique. Cette échelle est la voie pour monter et pour descendre. Personne ne peut s’élever (spirituellement) sans descendre auparavant au magistère de Vulcain (la force sexuelle). Ceci est le mystère des deux anges que nous voyons dans cette précieuse planche.

 

Les trompettes que font sonner les anges représentent clairement l’appel que font les adeptes de la lumière à l’homme ordinaire et endormi de tous les temps. L’être humain a été face au grand arcane bien des fois, mais la cécité de sa conscience ne lui permit pas de le voir.

 

L’homme courant doit abandonner sa fascination, son rêve et doit obéir aux différents appels que lui lance constamment son Etre Réel Intérieur Profond. Afin de se sortir du sommeil somnanbulique de sa conscience, il est nécessaire d’être avalé par le Dieu Saturne, c’est-à-dire par la Mort; non pas la mort physique mais la mort psychologique.

 

La pratique de la magie sexuelle liée aux mantras secrets (Kawlakaw-Sawlasaw kaoulakaou-saoulasaou) aide l’éveil de notre propre nature organique et psychique, pour pouvoir alors recevoir les messages suprêmes des mondes supérieurs.

Le verbe est indispensable dans le travail sexuel. Le verbe est un don de Dieu, déposé dans la gorge des hommes. Tout ceci est en rapport avec les deux trompettes de la figure.

Nous devons comprendre par-dessus tout que le travail alchimique est en relation intime avec l’aurore; l’heure la plus favorable pour travailler dans l’arcane A.Z.F. Pour cette raison, les alchimistes médiévaux associaient ce travail avec l’astre ou planète de l’aurore, la planète Vénus, l’étoile du matin, la planète de l’amour.

On associe aussi cet artifice avec la lune parce qu’elle représente dans l’alchimie la femme et les eaux séminales. La lune que nous voyons dans la partie supérieure droite, nous montre le quart décroissant. Ceci est le symbole de l’état négatif (spirituel) de l’homme commun, de l’humanité mécanique endormie.

Les paroles: Mutus Liber In Quo Tamen, signifient; je suis l’air du Bétyle, je parle néanmoins. Ceci nous indique que la science des transmutations est basée sur le travail du mercure qui agit à la manière d’une rosée céleste, quand on le volatilise au travers de l’impulsion électrique sexuelle réfrénée.

 

Les chiffres et les paroles: 21.11 .82-Neg-, 93.82.72-Neg- et 82.31.33-Tued-, doivent s’interpréter à l’envers et de plus, ceci nous donne des phrases allégoriques de l’alchimie contenues dans la Genèse et dans le livre du Deutéronome des écritures sacrées.

Le bétyle nous rappelle la pierre noire ou la pierre héliogabale que les anciens utilisaient pour symboliser Dieu.

 

On dit que les Maîtres sont fils des pierres, car ils ont tous travaillé la pierre de la sexualité. Au début, la pierre philosophale est brute et noire; ainsi est la nature sexuelle du débutant.

Plus tard, dans le chemin, la pierre se cisèle peu à peu et prend enfin la forme cubique parfaite. Ceci est le mystère de l’authentique maçonnerie solaire.

Nous trouvons finalement en latin antique l’inscription suivante: « Toute la philosophie hermétique est ici représentée en figures hiéroglyphiques, elle est consacrée au Dieu miséricordieux et dédiée aux seuls fils de l’art, par l’auteur qui se nomme Altus ».

Essai sur l'Hermetisme

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de anck131
  • Le blog de anck131
  • : mon parcours maconnique pour transmettre à ceux qui cherchent
  • Contact

Recherche

Liens