Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 06:24
Alsos le Bois Sacré

Alsos le bois sacré

D’abord la 1ere question que je me pose est un bois ??  un bois qui contient quoi ?  des arbres ?? ou toute autre plante qui viendrait en cet endroit pousser et croître ??

Et puis sacré  ou consacré comme notre loge bleue et plus qui une fois les outils posés reconstitue le temple, notre endroit sacré qui devient consacré par la Lumière, Lumière du tout qui ne s’éteint jamais, Lumière éternelle de la Création dont la nature est issue et dont je suis issue … sic transit gloria mundi (rer ainsi passe la gloire du monde)

Alors qu’est-ce ce bois sacré pour les Grecs qui, centré sur les anciens textes, permet de reconstituer la perception des sanctuaires grecs, et comment approcher la perception de ces paysages sacrés, qu’ils soient naturels ou artificiellement implantés ? Comment les Grecs percevaient-ils ces sanctuaires et le paysage végétal qui les caractérisaient ?

Deuxièmement pourquoi le GOE égyptien a t-il adopté ce mot ...

L’arbre dans son approche double reçoit par ses feuilles d’en haut une énergie qui descend vers son pied alors que ses racines elle aussi engrange et renvoie une énergie vers le haut, rappelant ainsi que tout ce qui « est en haut est comme tout ce qui est en bas d’une part et d’autre part permet la conjonction de ces 2 énergies en un point central qui exalte celui qui la voit … celui qui la discerne … celui qui la boit … j’allais dire jusqu’au sacrement de l’ultime Ether que je suis via un endroit sacré et consacré par les anciens ou plutôt par ceux qui savaient qu’ici il se passait quelque chose d’incroyable … de sacré … normal … puisque je bois sacré !! Et tout ça via le végétal … la nature quoi !! Autrement dit l’usage essentiellement économique que les Grecs faisaient du biotope végétal.

 La démarche peut dérouter mais le but est alors de saisir la nature du sacré grec à partir de ses propres limites, circonscrites par la pression des besoins humains. Et P. Brulé montre qu’il existait bien , malgré des infractions évidentes (et à cause d’elles), des règles de respect de ce  biotope,, à savoir par ex l’interdiction de pâture et d’exploitation forestière de ces espaces sacrés. Cette question quelque peu écologique permet alors de comprendre la nature du sacré chez les Grecs et c’est l’enseignement principal qui nous est conté, le sacré de la nature sur terre est  un sanctuaire permettant le retranchement du profane, un retranchement du Monde. Le paysage sacré est une terre non travaillée, vision toujours cohérente d’un espace intouchable et intouché.

Cette année 2019 pour moi a été ardue … j’ai d’abord perdu mon père et ma 1ere tenue s’est faite avec ses gants, gants portés sur mon cœur et accroché à ma veste lors de la chaine d’union .. c’était dans sa loge   la Flamme de l’Espérance.

Et il a fallu après cette épreuve que je me retrouve, que je sorte de mon œuf dans lequel je m’étais recroquevillé, enfermé ; j’étais descendu au fond de moi en priant à la gloire de mon FF et papa parti de l’autre côté et devenu pour moi et pendant un temps invisible. Puis cela a été au tour de la maman d’un FF ami et filleul de mon papa et la encore cela m’a retourné, puis le départ de mon TCF Yvan, cet ami qui m’a fait grandir au-delà de tout et qui m’a encore montré combien on peut donner pour les autres sans jamais attendre de recevoir et tout cela dans la discrétion voire le silence et pour finir le décès de mon beau père parti en juillet après que je l’ai assuré et rassuré pour sa fille mon épouse qui a induit sur lui un lâcher prise qui allait s’opérer dans l’heure qui suivait  … une descente chaque fois qui m’a obligé à grandir, à croire et à prier en espérant recevoir … mais quoi au fait ?? …

Cette poudre d’étoiles qui vient de loin et de ceux qu’on aime … je suis cet arbre qui se nourrit dans un endroit tenu secret et caché de ceux qui n’entendent pas, qui ne voient pas …

Gd Arch De l’Univ, architecte suprême de tous les mondes je me suis déplié comme un Géant à l’égal d’un Dieu, ayant grandi dans cet Art du monde de la Création … ma force est en Dieu … oui comme cela est dit au rite français  ..lol  et je suis devenu Divin … Dieu à l’image de cette seconde où par le hasard ou la providence tout a été créé ou plutôt « incréé » j’ai acquis cet art, cette connaissance, et tout voile a du coup disparu, ma vision est devenu plus claire et j’ai acquis j’ose le dire la Foi et l’Espérance dans cette vision quantique du Monde qui ne s’explique pas mais dont les axiomes se reproduisent sans fin et dans tout l’Univers … comme dans tout bois sacré

Dans sa description du sanctuaire d’Onchèstos, Strabon se plaint que les poètes appellent tous les sanctuaires bois sacrés, même s’ils ne contiennent aucun arbre. Les bois sacrés appartiennent, en effet, à la catégorie des choses qui ne paraissent poser aucun problème. Mais pour peu qu’on y regarde de près, cette transparence se voile, et ces bois se révèlent obscurs, peu connus, voire méconnus, au point que l’on appelle toute forêt bois sacré et que, plus d’une fois, un arbre suffit pour faire une forêt. Le témoignage de Strabon et des autres sources établit que, par ignorance, souci d’antiquaire ou métaphore, les Anciens eux-mêmes pouvaient nommer álsos, lucus ou nemus des réalités différentes.

 

Les raisons ne manquent donc pas pour réfléchir à ce qu’est un bois sacré, en pays grec, en Italie, à Rome et ailleurs. L’intérêt de ce volume ne consiste pas seulement à réunir des cas et autres exemples, mais également d’apporter un peu de clarté dans ce problème obscur  ......                                                                                                 

Sommes-nous certains de savoir et de comprendre ce qu’est un bois sacré ?   ……….

Il ne s’agit pas de résoudre le problème une fois pour toutes, ni de présenter une réponse générale, en construisant de façon rationnelle et définitive le concept du bois sacré. Non à ce stade, il me parait plus raisonnable de se limiter à une comparaison précise des données recueillies dans des secteurs géographiques, historiques et culturels différents. En réunissant ces expériences et leurs conclusions, on peut réussir à élaborer un ou plusieurs modèles pour penser les bois sacrés, notamment à partir de territoires où les données sont plus favorables ou moins foisonnantes que dans d’autres ; mais toujours sans vouloir réduire tous les bois sacrés à 1 seul modèle.

 

Donc qu’est-ce donc aujourd’hui, un bois sacré ? A vrai dire, il y a peu de définitions précises. On se contente, en général, d’indiquer que c’est une enceinte sacrée avec des arbres, d’évoquer les interdits pesant sur ces lieux, éventuellement quelques aménagements cultuels, enfin de dresser le catalogue des dieux résidant dans un bois sacré.

 

Sénèque et Pline considèrent les bois sacrés dans leur majesté comme des lieux intacts, sombres, déserts, stériles, autrement dit comme des réalités non artificielles, non créées, non entretenues et non habitées par l’homme.  Pline l’Ancien affirme que jadis les forêts servaient de temples aux divinités; avant de résider dans des sanctuaires construits de main d’homme, c’est dans les forêts que les dieux habitaient. Et ce surnaturel de se manifester dans le silence des bois, entre les cimes des montagnes, près des sources et de leur majestueux murmure, pour agir puissamment sur toute âme sensible. C’est en ces lieux que les Anciens entendaient plus distinctement qu’ailleurs la voix de la divinité…. C’est dans les forêts, par le sentiment et l’élan de l’âme, que les romantiques trouvaient un accès immédiat à la divinité,

Car « la nature suscite le sentiment de l’infini, de la petitesse des choses humaines, d’une force et d’une violence surnaturelles, et, en même temps, le sentiment qu’un esprit la pénètre, qu’une âme l’habite »… même si elle fait naître en même temps l’effroi et l’extase !!

 

Laisser s’exacerber sa sensibilité  le bois de la foret est opaque mais au fond de son sous-bois il devient clair et transparente … Tout commence par une sensibilité … Un jour de printemps ou d'été, allongez-vous par terre dans ce bois. Fermez les yeux. Ne pensez plus. Ecoutez. Vous entendrez bruire le monde. Ne cherchez pas à distinguer les sons connus des autres. N'analysez rien. Laissez-vous imprégner par le Réel. Nous qui sommes concentrés sur nos désirs et autres besoins éphémères et quotidiens dans la crainte de ne pas les satisfaire … dans la mélancolie de notre passé…. Assourdis par le tumulte et le fracas de nos petites affaires humaines qu'entretient notre ego, nous perdons une énergie folle à nous faire des projections, et à cultiver angoisses et frustrations de ne pas y parvenir. Tout l’occident obéit à cette dialectique ; je cours derrière une chimère … : demain sera mieux que demain car il doit être mieux que demain

Alors que le réel est ici et maintenant. Il faut anéantir toute posture de l'homme face au monde, contre le monde et y substituer une posture d'homme dans le monde, avec le monde.

 

Autrement dit en conclusion le spectacle de la nature intacte et pour ainsi dire, originelle suscitait chez les Anciens un certain effroi certes et ne provoquait de fait pas l’extase mystique. … Seuls les phénomènes naturels inclus dans l’espace humain pouvaient provoquer des émotions fécondes et propices à Eveiller … Réveiller l’Ame, ce double qui est en nous depuis le début et qui s’exprime et nous pousse par sa petite voix intérieure à l’action, à aller plus loin, pas toujours plus haut mais plutôt à descendre au fond de son soi pour espérer s’Elever … cad de grandir un peu comme l’arbre qui ingère l’énergie du soleil en même temps qu’il prend racine et sa force dans la Terre, un peu comme nous Humain maçon de la terre d’Egypte avant de s’envoler de nouveau vers sa terre promise       

Ce mot est surtout et vraiment pour aller au fond de soi … trouver "l'univers et les dieux"... pour remonter l'Arbre de Vie.

Partager cet article
Repost0

commentaires